Site de téléchargement gratuit d'instrus (instrumental) rap us, français...

Site de téléchargement gratuit d'instrus (instrumental) rap us, français...

Sampler la musique

Pas de commentaire

Qu’est-ce que le sampling ? Pour le comprendre, il faut remonter le temps aux débuts du hip-hop. Le sampling est désormais toléré et certains DJ sont devenus de véritables stars. Mais son cadre juridique fait encore débat.

Les origines du sampling

Sampler signifie coller électroniquement des extraits musicaux. Cette pratique constitue la base du travail des DJ. Les premiers DJ à avoir utilisé le sampling étaient les rappeurs. Ils le firent pour de raisons monétaires comme techniques : acheter des instruments demande beaucoup d’argent, maîtriser plusieurs d’entre eux demande du temps.

Le deuxième obstacle fut les droits d’auteur. Avant que les musiques d’un artiste tombent dans le domaine public et puissent être utilisées gratuitement, il faut attendre 50 à 70 ans. En conséquence, les rappeurs « samplèrent » d’abord des morceaux de musique classique libres de droits. Pour cette raison, certains morceaux de grands compositeurs sont donc très présents dans le hip-hop.

Chronologiquement, après la musique classique, l’autre source importante du sampling se trouve être la musique de James Brown. Ce que de nombreux artistes de hip-hop reconnaissent.

Internet, caverne d’Ali Baba des amateurs de musique

L’utilisation gratuite de contenus existants est tolérée. Vous pouvez par exemple sampler légalement de la musique sur FreeSound.org : il s’agit d’un site de partage de musique, où les internautes peuvent télécharger puis utiliser des morceaux. D’autres sites comme LANDR aident les débutants à créer leur musique, la «masteriser» et la diffuser. Vous pouvez même télécharger l’intégralité de la discographie que certains artistes laissent en libre accès, comme Gramatik, dont le titre « Muy Tranquilo », a d’ailleurs été samplé par Jay-Z.

Les extraits musicaux se retrouvent en nombre sur Internet. Par exemple les jeux vidéo associés à des films, séries TV, artistes, etc et utilisant des extraits de bandes originales ou albums abondent sur la toile. Il existe par exemple une machine à sous inspirée des Village People. Si vous êtes joueur, écoutez  des morceaux iconiques du groupe disco et obtenez des bonus sans dépôt dans vos casinos préférés si vous souhaitez jouer sans mise de départ.

On peut noter l’ironie de la situation actuelle. Avant, les DJ s’inspiraient des artistes interprètes et samplaient  leur musique. Aujourd’hui, beaucoup d’artistes interprètes rêvent de collaborer avec des DJ en vue. Ainsi, David Guetta multiplie les collaborations prestigieuses (Rihanna, Akon, Kid Cudi…), tout comme Calvin Harris (Pharrell Williams, Gwen Stephani, Big Sean…). Sur leur album « Random Access Memory », les deux DJ de Daft Punk réunissent de grands artistes interprètes comme Nile Rodgers, Pharrell Williams ou encore Giorgio Moroder (également DJ précurseur).

La limite au sampling : le plagiat

Si sampler est autorisé, plagier ne l’est pas. Si une musique ressemble trop à un morceau plus ancien dont elle puise abondamment les paroles ou la mélodie (sans avoir l’autorisation préalable pour le faire), il y a plagiat. Avec deux écoles : les artistes laissent faire. Ou au contraire, les artistes ou leurs ayant droits attaquent les nouvelles œuvres pour obtenir réparation.

Or, actuellement, il n’y pas de critères précis, le plagiat est laissé à l’appréciation des juges.

Sampler de la musique était une commodité musicale. Aujourd’hui, sampler est légal, avec néanmoins une limite : ne pas plagier. Mais la frontière entre les deux notions reste parfois floue.

happywheels

Demande d'instrus ou donner votre avis :

Please enable javascript to post a comment !